Avant tout investissement dans les infrastructures cotées, nous nous intéressons aux caractéristiques suivantes:

Fortes barrières à l’entrée
La nature des actifs d’infrastructure ne facilite pas la mise en concurrence de l’opérateur en place. Tel est le cas par exemple des réseaux de distribution d’électricité et de gaz, des autoroutes à péage bénéficiant de clauses de non-concurrence et des aéroports dotés de trajectoires de vol exclusives.

Pouvoir de fixation des prix 
Les actifs d’infrastructures ont en général en mesure de relever les tarifs de leurs prestations régulièrement au fil du temps. Ces hausses peuvent résulter d’augmentations basées sur le taux d’inflation, de réglementations sur les rendements réels ou de barrières à l’entrée importantes qui freinent la concurrence.

Flux de trésorerie prévisibles
Les actifs d’infrastructures peuvent potentiellement générer des flux de trésorerie prévisibles et stables, mais non garantis pour autant, sur des horizons de temps prolongés. Cette prévisibilité s’explique par le caractère essentiel des prestations d’infrastructures, leurs tarifs réglementés, les contrats à long terme qui les régissent et leur sensibilité moindre à la conjoncture économique.

Une croissance durable
Le profil de croissance des actifs d’infrastructure est généralement porté par les mutations démographiques et économiques à long terme. Ils se montrent en principe peu vulnérables aux cycles économiques et présentent des qualités défensives précieuses dans les périodes baissières.