Notre approche d’investissement

Hormis notre démarche véritablement orientée objectifs, notre approche se distingue, selon nous, par plusieurs autres caractéristiques majeures:

Des outils quantitatifs à la pointe de l’innovation couplés à un processus de prise de décision qualitatif

Notre recherche porte sur toutes les dimensions des activités menées par nos équipes et forme la pierre angulaire de notre conception et de notre mise en place de portefeuilles. Nous sommes convaincus que la recherche doit être intégralement réalisée en interne et ne pas dépendre de « boîtes noires » et de processus proposés par des tiers. Aussi, tous nos outils et modèles sont développés en interne et notre processus scientifique d’analyse est conçu pour tirer parti de cet avantage concurrentiel.

Des analyses élaborées en interne

Notre stratégie d’investissement combine les éclairages de l’équipe sur les facteurs qualitatifs et son expérience en la matière, à la rigueur et à la discipline du dispositif quantitatif. Les modèles purement quantitatifs peuvent parfois engendrer des risques de pertes maximales violentes, tandis que renoncer à la rigueur d’une démarche structurée pour se fier à des approches strictement qualitatives peut conduire à des résultats impossibles à reproduire. Nous admettons que certains éléments, impossibles à quantifier, peuvent avoir une grande incidence sur les rendements de la classe d’actifs ; il peut s’agir par exemple de changements au niveau du personnel d’une banque centrale ou d’événements politiques. Pour créer de l’alpha, nous demandons donc à nos équipes d’utiliser à la fois des sources d’informations macro et micro-économiques.

Une gestion entièrement discrétionnaire, loin des fonds « prêts à l’emploi »

Notre stratégie d’investissement combine les éclairages de l’équipe sur les facteurs qualitatifs et son expérience en la matière, à la rigueur et à la discipline du dispositif quantitatif. Les modèles purement quantitatifs peuvent parfois engendrer des risques de pertes maximales violentes, tandis que renoncer à la rigueur d’une démarche structurée pour se fier à des approches strictement qualitatives peut conduire à des résultats impossibles à reproduire. Nous admettons que certains éléments, impossibles à quantifier, peuvent avoir une grande incidence sur les rendements de la classe d’actifs ; il peut s’agir par exemple de changements au niveau du personnel d’une banque centrale ou d’événements politiques. Pour créer de l’alpha (performance supplémentaire, au-delà de l’indice de référence), nous demandons à nos équipes d’utiliser à la fois des sources d’informations macro et micro-économiques.